A l’épreuve du temps

C’est en 1987 que le tout premier Megaman est apparu sur la NES de Nintendo, autant dire que la franchise de Capcom a traversé les décennies sans trop d’encombres. Le créateur du personnage de Megaman Akira Kitamura n’aurait sûrement jamais osé imaginé que sa création aurait perduré autant dans le temps.
Le type d’ennemi qui ne se découvre que quand Megaman est proche
Toutes les consoles qui ont pu sortir sur le marché ont eu l’occasion d’accueillir un épisode de la saga, difficile donc de dire Megaman ? Jamais entendu parler. Cela dit si vraiment cette franchise n’est jamais passé entre vos mains et que vous aimez les challenges bien corsés lisez tout ce qui suis après (merci merci ^^).

Nettoyage en profondeur

La trame scénaristique de Megaman n’évolue guère depuis 30 ans (à part pour les épisodes dérivés) et ici c’est à nouveau un combat entre le bien avec le Dr Thomas Light et le mal avec le Dr Willy. Ces 2 personnages ont étudiés ensemble mais se sont brouillés suite à une prise de position du Dr Willy favorable à leur invention le Double Gear. Quelques années ont passées et lors de la maintenance annuelle des robots du Dr Light, le Dr Willy surgit de nul part et s’empare des robots tout en démontrant l’utilisation du Double Gear. Il n’en fallait pas plus pour lancer Megaman dans un nouveau périple parsemé d’emb…de robots en tout genre.
Un mini boss peu coriace mais qui demandera un peu de réflexion
Affublé de son armure, Megaman part donc à la recherche du Dr Willy et ce à travers les 8 niveaux de bases proposés (pas de spoil pas de spoil…). Doté également du Double Gear, Megaman en profitera pour bénéficier des fonctionnalités de cette invention. Le Double Gear donnera à Megaman l’opportunité de braver le temps d’un côté et d’augmenter sa puissance de feu de l’autre. Le bouton R active le Speed Gear pour faire tourner les alentours au ralenti, idéal pour détruire les ennemis sans prendre trop de risque ainsi que lors de passages de plate forme particulièrement ardues.

Le bouton L quand à lui augmentera la puissance de tir lors que chargement, très pratique contre les ennemis coriaces voir les boss. Attention le Double Gear n’est pas utilisable à l’infini, il dispose en effet d’une réserve à ne pas vider en période de danger. Si le Double Gear est épuise, la patience de quelques secondes sera de rigueur le temps que la jauge se recharge. Autant dire qu’il faut éviter au possible d’en abuser trop et éviter de se retrouver dans des situations critiques.

Puissance de frappe

Megaman est doté d’un blaster simple qui peu se charger et décocher un tir surpuissant. Les tirs ne peuvent se faire que face à vous et également en hauteur lors d’un saut, et oui à l’ancienne pas de tir possible dans tout les sens. Enfin ce tir basique ne concerne que Megaman de base puisqu’après avoir battu un boss de fin de niveau Megaman gagnera sa capacité de tir soit 8 au total. Les tirs sont très variés, du tir de feu en passant par la glace, l’électrique et j’en passe.Le swtich entre les différentes versions de Megaman peu s’effectuer à l’aide des gâchettes ZL et ZR.
Très utile lors de certaine passage (ou pour la facilité…)
Personnellement je vous conseille le switch entre les personnages à l’aide du joystick droit, plus rapide et surtout on voit quel personnage on prend. Les gachettes ZL et ZR c’est un peu la loterie pour avoir le bon personnage très rapidement. Du côté du déplacement de Megaman, au choix le joystick gauche ou les bouton qui se trouvent juste en dessous (je ne le recommande pas, pas du tout pratique).

Cible verrouillé

Le déroulement d’un niveau est conforme au Megaman d’antan, on part du point A, on traverse le niveau (avec plus ou moins de difficultés) pour arriver aux portiques annonçant le boss voir le demis boss parfois. En général les boss ont un point faible donc dans un premier temps il faut étudier ses gestes et repérer quel est celui ci. Megaman tout comme ses alter ego ont 2 jauges à leur disposition, une pour la vie et l’autre relative au capacité propre à chacun.
Situation très très tendue, calme reste calme…..
Heureusement durant les niveaux des items pourront être glanées ici et là histoire de reprendre des forces. On pourra également récupérer des items échangeables dans le labo du Dr Light. Du simple remontant à énergie, en passant par la récupération de la jauge de capacité et plus encore. Il donc recommandé avant chaque niveau d’aller faire des emplettes.

Graphismes : l’ensemble est agréable à l’œil,et aucun ralentissement n’est à déplorer malgré parfois des ennemis qui arrivent de toutes part. La 3D est fine et détaillé. L’ambiance futuriste nous plonge très vite dans l’ambiance

Maniabilité Si le déplacement de Megaman est aisé, le switch entre les personnage demandera un petit temps d’adaptation avant de pouvoir avant sans s’énerver (ça arrive dans le feu de l’action….)

Ambiance sonore : Les musiques sont assez variées dans l’ensemble, très bonne idée de proposer les voix japonaises (sous titrées en français). Pour les plus anciens un plaisir de retrouver cette petite musique avant les choix des boss

Durée de vie : Si la durée de vie de l’aventure en elle même pourra paraître courte, le jeu propose toutefois des défis qui viendront titiller les scoring de chacun(e). 9 défis différents sont proposés du Contre la montre au Meilleur Score pour ne citer que ceux ci et eux même sous divisés en différents niveaux plus ou moins nombreux selon le défi choisi

Au final Megaman 11 est un bon défouloir, certes on pourra lui reprocher une durée de vie assez courte dans le mode aventure avec environ 4 voir 5 heures de jeu mais le mode défis permet de retourner au jeu pour y exploser ses scores. On prend aussi plaisir à refaire les niveaux équipé comme un chef histoire de faire passer un sale quart d’heure aux ennemis

15/20

Test réalisé avec un code fournie par l’éditeur Capcom
Publicités

Laisser un commentaire